Nigel John Stanford est un musicien néo-zélandais connu pour ses morceaux de musique d'ambiance et New Age. Dans la vidéo qui suit, vous pourrez voir un échantillon de ses prouesses. Il y joue de la batterie et du synthé et s'accompagne d'instruments de fortune fabriqués avec des cartes à jouer, notamment. Le clip s'intitule 'Cymatics', cymatique en français, la science qui permet de rendre les fréquences sonores visibles. 

Publicité
Sur son site web, Stanford explique comment il en est venu à s'intéresser à la visualisation du son:
"En 1999, j'ai vu un documentaire sur la 'synesthésie' - un phénomène qui affecte les fonctions auditives et visuelles du cerveau. Les synesthètes entendent un son quand ils voient des couleurs vives, ou voient une couleur quand ils entendent un son. Je ne pense pas être synesthète, mais dans ma tête, les fréquences des graves ont toujours été rouges et celles des aigus, blanches.

Je me suis dit que ce serait cool de faire un clip dans lequel chaque son serait accompagné d'un élément visuel correspondant. Bien des années plus tard, j'ai vu des vidéos sur la cymatique - la science qui permet de visualiser les fréquences sonores - et l'idée de mon clip était née."

Bien qu'il ait fallu un certain temps à Stanford pour acquérir tous les éléments nécessaires à cette série d'expériences, il n'a eu que deux jours pour filmer le tout. Il affirme que la partie la plus intéressante du processus de création a été d'écrire la musique du clip après le tournage. En effet, pour créer les effets visuels que vous allez voir ci-dessous, il a dû se servir de sons et fréquences étranges afin de créer les motifs désirés. C'est donc logique qu'il ait voulu remplacer ces drôles de sons par une musique qui accompagnerait parfaitement les images. 

Ici au SF Globe, cette vidéo nous a vraiment éberlués et on a tenu à partager avec vous ce sublime mélange de science et de musique. Que pensez-vous de la 'cymatique'? Vous aviez déjà vu un truc pareil? Dites-nous ce que vous en pensez dans les commentaires ci-dessous!