Les tronçonneuses voudraient que vous sachiez qu'elles ont un côté sensible, elles aussi.

Jordan Anderson a passé sa jeunesse à construire des cabines en bois avec son père, mais selon son site web, sa curiosité n'était jamais pleinement éveillée jusqu'au jour où il a rencontré un homme qui sculptait des ours en bois en se servant de tronçonneuses. Son premier projet de découpe d'arbre a vu le jour peu de temps après, quand il s'est décidé à créer une orque en bois longue de 4,2 mètres, la plus grande envergure de toutes ses œuvres à ce jour. « La sculpture sur bois est une vision d'un fantasme », explique Anderson, « une vie qui existe dans nos imaginations, une vie qu'il nous faut préserver avec l'art ».

Publicité
Dans la vidéo ci-dessous, un tronc d'épicéa vieux de 250 ans est la toile pour l'œuvre d'Anderson. Il saisit la tronçonneuse de son père, et après quelques débuts difficiles il s'y met. Ses coupes semblent à la fois improvisées et incroyablement calculées à l'avance. Au fur et à mesure l'arbre abattu reprend vie alors que les formes de bois s'arrondissent et deviennent plus détaillées. Au final, la sculpture du jeune habitant du borough d'Anchorage, en Alaska, révèle la beauté immense qui restait dissimulée au sein du vieil arbre mort.

Anderson crée ces sculptures pour les vendre, et ne prend pas la chose à la légère. « Mon but est d'insuffler un peu de mon âme dans chacune de mes œuvres », dit le jeune homme, dont la maîtrise de la tronçonneuse montre à quel point la puissance brute peut aussi être élégante.